Serge Mouille 

Serge Mouille est né à Paris en 1922. Il développe très tôt un talent pour le dessin. Ses modèles, il les trouve au Jardin des Plantes où il  passe des heures entières à dessiner plantes et animaux. Sur les conseils de son professeur de dessin, il s’inscrit au concours d’entrée des Arts Appliqués où il est reçu à l'âge de 13 ans, plus jeune élève de son temps.

 

Son mentor Gabriel Lacroix fera de lui un Maitre dans l’Art de modeler le métal au marteau. Il entre chez Hénin Orfèvre Paris où il ne tarde pas à s’imposer au milieu d’ouvriers chevronnés, tous plus âgés que lui.

 

Après la guerre, Serge Mouille se met à son compte et travaille pour diverses Maisons d'Orfèvrerie. C’est un artisan reconnu par tous. Il travaille en parallèle comme enseignant à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et métiers d'Art ayant succédé à Gabriel Lacroix à la tête de l'atelier d'orfèvrerie. Il dévoua toute sa vie au métier d'enseignant mais également à celui de chercheur car il ne faut pas l'oublier, Serge Mouille c'est aussi et surtout 44 ans de recherches, de dessins et de monogravures.

 

C’est sa rencontre avec Jacques Adnet, directeur de la Compagnie des Arts Français, en 1951 qui marquera un tournant dans sa vie. En effet, celui-ci lui demande de concevoir un ‘’grand luminaire’’ pour sa clientèle Sud-Américaine. Serge se met au travail et créé le Lampadaire trois bras, passant progressivement du statut de maitre-artisan à celui d’artiste créateur en développant la désormais célèbre série des Formes Noires. Le lampadaire trois bras, le lampadaire droit en seront les premiers modèles.

 

 

 

 

Fer de lance de la modernité et du mouvement de l'intégration fonctionnelle pour l'aménagement intérieur, la galerie Steph Simon est emblématique du développement de la Rive gauche dans le commerce du meuble d'avant-garde. Agent commercial de l'Aluminium Français, Steph Simon rencontre Jean Prouvé qui l'engage en 1949 pour diffuser son mobilier. En mars 1956, il inaugure au 145 Boulevard Saint-Germain la galerie Steph Simon. Charlotte Perriand s'occupe de l'aménagement du lieu. Pour Steph Simon, cette galerie doit avoir "un caractère de choc" et proposer périodiquement des expositions. Il présente des modèles exclusifs de Jean Prouvé et Charlotte Perriand, des luminaires de Serge Mouille, des céramiques de Georges Jouve et Norbert Pierlot. Plus tard, il diffuse les pièces d'Isamu Noguchi, Sori Yanagi, Tecno ... La galerie ferme en 1974.

1962 : le monde a changé. Serge Mouille, depuis dix ans, mène de front sa carrière d’enseignant et celle de concepteur de luminaires. Il décide alors de se démarquer radicalement de tout ce qu’il a fait jusque-là en créant la série des colonnes lumineuses utilisant le tube fluorescent, nouveau à l’époque. Les deux séries sont si différentes que l’on peut penser qu’elles ont été créées par des artistes différents. C’est l’incompréhension et un succès mitigé.

 

Il décida d'arrêter sa production de luminaires en 1963 et se consacra entièrement à l'enseignement.

 

Serge est décédé en Décembre 1988.

 

Avec l'aimable participation de Pierre-Emile Pralus auteur du livre '' Serge Mouille un classique Français'' paru aux Editions du Mont Thou à Saint-Cyr au Mont d'Or

 

SERGE MOUILLE, UN CLASSIQUE FRANCAIS

 

Livre de Pierre-Emile Pralus, Editions du Mont Thou (2006)

 

" Malgré le temps passé, Serge est resté très proche de tous ceux qui l'ont fréquenté. Mais pour qui ne connaît que ses luminaires, cette analyse de sa vie et de son oeuvre permettra de mieux comprendre l'homme "           

 

Gin Mouille

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© EDITIONS SERGE MOUILLE - 2016